La région septentrionale du Mali devra dans les prochaines semaines retrouver sa stabilité. Le Conseil de sécurité de l’ONU a autorisé jeudi 25 Mars dernier, la création d’une force de maintien de la paix. Ils devront être au total 12.600 hommes.

La Mission internationale de soutien au Mali (Misma) va bientôt disparaitre au profit de la Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma). C’est l’une des conséquences directes de la résolution prise par le Conseil de sécurité de l’ONU.

La Minusma comprendra au maximum 11.200 soldats et 1.440 policiers, dont des « bataillons de réserve capables de se déployer rapidement ». Les troupes françaises pourront elles aussi, à la demande du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, intervenir en soutien à des éléments de la Minusma en cas de « danger grave et imminent les menaçant ».

Selon les termes de la résolution, les Casques bleus seront choisis autant que possible dans les effectifs de la Misma, Elle compte 6.300 hommes venus des pays de l’Afrique de l’ouest et du Tchad.

La mission de la Minusma se limite à « stabiliser les centres urbains essentiels, particulièrement dans le Nord » et « empêcher un retour d’éléments armés dans ces zones ». Les Casques bleus devront aussi protéger les civils et le patrimoine culturel et contrôler le respect des droits de l’Homme. En clair, la Minsuma n’aura pas à mener une « lutte antiterroriste ». Néanmoins, es Casques bleus vont aider aussi les autorités maliennes à instaurer « un dialogue politique national », organiser des élections « libres, équitables et transparentes », et promouvoir la réconciliation avec les Touaregs du Nord. Pour ce fait, un représentant spécial de l’ONU pour le Mali sera nommé pour diriger la Minusma.

Cette résolution introduite par la France a été adoptée à l’unanimité. L’adoption intervient au lendemain de la prolongation du mandat de l’opération Serval. Jusqu’à fin 2013, les effectifs des militaires français.

L’intervention des Casques bleus au Mali est une première dans la mesure où les hommes de l’ONU n’interviennent en réalité que pour maintenir la paix, or ce n’est pas le cas.

Le Mali marche vers la paix, des élections sont prévues en juillet 2013.