L’armée somalienne est sommée à se conformer au droit international humanitaire (DIH). Les hommes de rang ont été exhortés à s’y plier sous peine de sanctions.

« Lorsque vous voulez maintenir la sécurité et que vous combattez les insurgés en l’occurrence Al-Shabaab, il y a des lois internationales à respecter qui doivent être préservées », a averti chef des forces de défense de l’armée nationale somalienne le général Abdiweli Jama Hussein Gorod et de préciser que les soldats qui ne respecteront pas la loi seront poursuivis.

Le droit humanitaire réglemente la conduite des forces dans les conflits armés et cherche à protéger les droits des civils qui ne participent pas aux hostilités.

Selon les explications du conseiller principal de la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) sur le droit international humanitaire et les droits de l’homme, Omar Abdulle Alasow, les règles s’appliquent aux situations de guerre et ce sont des officiers et des soldats qui vont bientôt mener des opérations.

« L’idée est qu’ils garantissent le respect des obligations internationales applicables; des règles qui protègent les victimes de guerre; des règles qui limitent les effets des conflits armés; des règles qui restreignent les méthodes et les moyens de guerre », a-t-il expliqué.

Il a rappelé que la Somalie est partie aux conventions internationales; à la Convention de Genève et les forces de défense ont l’obligation de respecter et de faire respecter le droit international humanitaire régissant la conduite de la guerre.