La panne sexuelle, ça arrive à tout le monde. Ce n’est pas une tare. Juste une difficulté momentanée à passer. 

Sexe : on déculpabilise
La panne sexuelle, ça arrive à tout le monde. Ce n’est pas une tare. Juste une difficulté momentanée à passer. Mais plus on stresse, moins on est performant. Donc, on souffle et on se pardonne ce petit passage à vide.

Sexe : on fait son scénario
Photos coquines envoyées par SMS en guide de mise en bouche, jeux de miroir en action, à chacun son scénario pour exciter chez l’autre cette aptitude à érotiser une simple image et à passer à l’acte. Pour adultes avertis et décomplexés.

Sexe : on change ses lectures
Du missionnaire à l’amazone en passant par un 69 aussi acrobatique que périlleux, notre science du Kama Sutra marque vite ses limites. S’offrir des petits guides explicatifs sur la question est en général assez excitant, surtout si on s’en fait mutuellement la lecture, avec humour et jeu de rôles en prime.

Sexe : on lâche le frein
Le poids culturel de notre éducation peut mettre un frein à une recherche de plaisir physique qui prétend se servir de l’autre comme d’un objet de plaisir. C’est oublier un peu vite qu’il n’y a pas de vraie jouissance sans confiance, et pas de confiance sans attachement. L’honneur est sauf !

Sexe : on apprend la distance
Si l’intimité nourrit le désir, le plaisir sexuel a besoin de distance pour exister. D’où la nécessité de s’évader un court moment de l’état amoureux pour se concentrer sur nos sensations plus animales, plus “égoïstes”, afin de se sentir érotiquement liés à notre partenaire et pouvoir le “prendre”.

Sexe : on oublie sa pudeur
La masturbation reste, pour beaucoup d’adultes, un plaisir solitaire. Or ce n’est pas forcément sa seule vocation. La masturbation peut être pratiquée en couple, chacun faisant monter en lui-même et par lui-même les vagues du plaisir qui conduisent au désir de l’autre. Voir son partenaire céder à la jouissance est un puissant aphrodisiaque. Et rien n’interdit, quand l’ivresse monte, de jouer les caresses à quatre mains.

Sexe : on masse relax
Pour retrouver un dialogue amoureux, il faut apprivoiser le corps de l’autre par des gestes tendres et parfumés, sans forcément attendre de dénouement coïtal. En revanche, les mains qui massent peuvent devenir des mains caressantes et investir des lieux de plaisir, trouvant petit à petit de précieux auxiliaires (lèvres, seins, cheveux, sexe…) pour prendre petit à petit le relais et titiller les zones érogènes.

Sexe : on mate sans tabou
Installer un poste de télévision dans sa chambre, pourquoi pas, si ce n’est pas pour visualiser en boucle l’historique de l’élevage des crapauds dans le Bas-Languedoc. De l’érotisme au porno chic, à chacun de trouver son registre…

Sexe : on casse la routine
Le cliché du couple faisant l’amour dans son lit durant le week-end  en est-il vraiment un ? Beaucoup de couples y sont contraints en raison de la présence des enfants, de la fatigue de la vie professionnelle et tout simplement par conformisme. Et si on bousculait tout ça ?
Faire garder les enfants et s’offrir un week-end en Relais et Château n’est pas forcément à la portée de la bourse de tout le monde. Mais prendre une (demi) journée de RTT et se donner rendez-vous devant un pique-nique savoureux sur le tapis du salon, dans le garage ou dans la nature pendant que les enfants sont à l’école, c’est déjà plus dans nos cordes.

Sexe : on accepte le manque
Le désir naît aussi du manque. Ce que l’on possède peut-on l’espérer encore ? Cette panne momentanée est peut-être un moyen détourné de dire à l’autre “J’ai besoin de te perdre pour mieux te retrouver “

Source: VHM

Voltic Togo