Une militante au Congrès de UNIR _ Tsévié le 29 Octobre 2017

Les rideaux sont tombés sur le tout premier congrès du parti présidentiel Union pour la République (UNIR) le 29 Octobre 2017 dans la ville de Tsévié, environ 35 km de la capitale. Toutes les régions économiques du pays ont été dotées de vice-présidence sauf celle de la Kara, ville originaire du président fondateur, Faure Essozimna Gnassingbé.

Le président fondateur garde son fauteuil, une liste de vice-président proposée par Faure Gnassingbé et lue par Komi Selom Klassou a été soumise à acclamation au cours du Congrès. Ainsi, Pour la région des savanes, Tahirou Babiegue est nommé vice-président, Affoh Atcha Dedji pour la centrale, Yawovi Attigbé Ihou pour les plateaux, et Emmanuel Kodjo Adedze pour la région maritime.

Ceci, dit-on, pour mieux rapprocher le parti politique des populations. Dans cette perspective, des responsables préfectoraux devront être aussi nommés dans les prochains par le président fondateur en tenant compte, précisent-ils, du genre. Mais, en attendant de pourvoir le grand Lomé et les autres préfectures, il revient à Ibrahima Meimounatou de gérer la préfecture d’Agoè pour le compte de UNIR.

Les cadres et militants du parti ont visiblement été très surpris par l’absence de vice-président du parti pour le compte de la région de la Kara. A

Georges Aidam, ancien vice-président et presque toute son équipe ont été complètement écartés.

Yawa Djigbodi Tchega devra assurer la trésorerie et l’ancien préfet de Blitta, Aklesso Atchole, le secrétariat exécutif.

Avec ce congrès, le parti s’est également doté de nouveaux textes notamment ses statuts, son règlement intérieur tout comme un code d’éthique. Les militants devront désormais cotiser pour la bonne marche du parti.