Les élections législatives au Bénin sont maintenues au 26 Avril 2019. La campagne électorale bat son plein mais des voix dissonantes se font toujours entendre. Après Boni Yayi, l’ancien président Nicéphore Soglo fait augmenter la pression.

Mobilisation spontanée au grand marché populaire de Dantokpa au cœur de Cotonou, capitale économique du pays. Les deux anciens présidents Nicéphore Soglo et Yayi Boni drainent avec eux, une foule. L’objectif n’est pas précis mais jeunes, enfants, femmes et adultes suivent les deux hommes d’Etat.

Plusieurs hommes politiques s’associent à la marche, nombreux sont ceux qui parlent déjà de “résistance civile”

Le 18 avril 2019, Boni Yayi, dans une lettre ouverte à patrice talon, a demandé l’arrêt du processus électoral. “On gouverne pour le peuple ! Toutes les difficultés rencontrées tout au long de ce processus devraient pouvoir dissuader le président de la République de continuer sur sa lancée et sa propre logique préméditée. (…) S’entêter, c’est détruire notre héritage démocratique, c’est décrédibiliser et isoler notre pays au plan international, c’est détruire la paix et la stabilité, c’est inaugurer un cycle de violence inutile“, avait-il écrit.

Tout comme le FCBE de Yayi Boni, presque tous les partis politiques de l’opposition sont écartés de la course électorale.