Le café restau attaqué au Burkina Faso (archives)

Cinq personnes ont été tuées dans la nuit de mardi à mercredi, dans la province du Soum au nord du Burkina Faso, victime de nombreuses attaques terroristes, a annoncé l’Agence d’Information du Burkina Faso (AIB).

La même source précise que quatre des cinq victimes étaient des ressortissants d’une même commune de cette région.

Le Burkina Faso fait face à une montée du terrorisme notamment dans sa partie nord, où les attaques sont quasi-quotidiennes sous l’impulsion du groupe Ansarul Islam dirigé par le Burkinabè Malam Ibrahim Dicko.

En moins de deux semaines, deux écoles primaires publiques ont été incendiées par les assaillants qui tentent d’obliger les enseignants à abandonner l’enseignement classique au profit des études coraniques.

“Notre système sécuritaire n’a jamais été autant mis à l’épreuve que ces dernières années, avec la multiplication des attaques sur le sol national”, a déclaré mardi à l’ouverture d’un forum sur la sécurité nationale, le président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, avant d’ajouter : “C’est de notre capacité à nous organiser, à unir nos intelligences et nos énergies, que nous viendrons à bout de ces forces obscurantistes”.

M. Kaboré a expliqué que cette menace impacte négativement le développement économique et social du Burkina Faso, affirmant que la rencontre sur la sécurité nationale est l’amorce d’une réforme sécuritaire au pays qui permettrait de relever le défi sécuritaire du moment.