L’opposition burundaise a annoncé ce vendredi 26 juin 2015 le boycott de toutes les élections prévues dans le pays à partir de lundi prochain. Elle réclame de meilleures conditions avant toute élection.

Une décision qui arrive à seulement trois jours des législatives et communales qui sont prévues tenir le lundi 29 juin prochain. L’ensemble des membres de l’opposition exigent d’abord le désarmement de la milice du pouvoir, la recomposition de la CENI et évoquent aussi l’insécurité dans le pays.

Notons que déjà le 28 mai dernier, l’opposition avait annoncé qu’elle ne sera pas complice d’une mascarade électorale au Burundi et avait menacé de boycotter les élections estimant que les « conditions ne sont pas réunies » pour aller à une quelconque consultation électorale.

Ce 26 juin, elle met donc sa menace en exécution en se retirant de tout le processus électoral alors que le camp présidentiel est toujours en campagne pour les législatives et les communales, avant la présidentielle fixée au 15 juillet 2015.

Cette décision qui met un peu plus en difficulté le pouvoir burundais, puisque le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon a aussi demandé à Pierre Nkurunziza le report des élections.