« Préparez-vous pour la guerre », les mots sont du général Léonard Ngendakumana, bras-droit du chef putschiste Godefroid Niyombaré qui a commandité le coup d’État manqué du 13 mai 2015 au Burundi. Ces militaires putschistes réitérèrent ainsi ce 5 juillet au Président Nkurunziza leur volonté de le faire partir par la force.

C’est sur la chaine KTN du Kenya que Léonard Ngendakumana, l’un des 12 généraux putschistes en cavale annonce les hostilités en révélant qu’ils sont toujours au Burundi : « Toutes ces actions en cours dans le pays, nous sommes derrière, et nous allons les intensifier jusqu’à ce que M. Nkurunziza comprenne qu’il doit partir ». Pour rappel, depuis quelques jours Bujumbura ainsi que d’autres villes du Burundi sont souvent les cibles d’attaques à la grenade meurtrières.

Au cours de l’entrevue, le général Léonard a aussi accusé de trahison le chef d’État-major Prime Niyongabo et l’ancien ministre de la défense, le général Pontien Gaciyubwenge.

Pierre Nkurunziza lui, ne se laisse aucunement intimider par les déclarations des putschistes et continue de multiplier ses meetings à travers tout le pays en vue de sa réélection à la tête du pays le 15 juillet prochain.