Aussitôt après l’annonce du nouveau gouvernement dans la soirée du vendredi 11 septembre, deux opposants figurant sur la liste ont marqué leur refus d’y entrer. Une décision que l’exécutif gabonais a jugé incompréhensible par le biais de son porte-parole, Alain Claude Bilié Bi Nzé, d’autant plus que les deux responsables avaient été consultés et ont donné leur accord.

En rendant publique une nouvelle équipe gouvernementale le vendredi dernier, le pouvoir d’Ali Bongo, voulait marquer un grand coup, il semble que c’est raté. Dit “d’ouverture”, ce gouvernement comptait en son sein, deux leaders de partis politiques dont le chef de file du mouvement d’opposition radicale, (Front uni de l’opposition pour l’alternance), Jean De Dieu Moukagni Iwangou.

Sauf que, quelques heures seulement après cette publication, ce dernier et son acolyte Jean-Robert Endamane, ont annoncé leur refus de siéger au gouvernement. Un revirement qui n’est pas du goût d’Alain Claude Bilié Bi Nzé, le porte-parole de l’exécutif gabonais.