Photo UNICEF/Roger LeMoyne

Le président du Ghana, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo a accordé l’amnistie à 808 prisonniers. La décision a été prise le 26 mars 2020 à Accra pendant que le pays est secoué par la pandémie du coronavirus.

Parmi ces 808 personnes, figurent 783 personnes qui ont déjà purgé la moitié de leur peine et 11 personnes sérieusement malades. 7 détenus condamnés à mort seront condamnés à une peine d’emprisonnement à perpétuité, 4 détenus purgeant une peine d’emprisonnement à perpétuité verront leur peine commuée en 20 années de durée déterminée tandis que 3 détenus de plus de 70 ans seront relaxés.

Cette amnistie est rendue sur recommandation du Conseil des services pénitentiaires et conformément à l’article 72 la constitution du Ghana.

Le 25 mars 2020, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a appelé les gouvernements à prendre des mesures d’urgence afin de protéger la santé et la sécurité des personnes en détention et dans d’autres centres fermés. Ceci a-t-elle précisé, dans le cadre des efforts globaux visant à contenir la pandémie de Covid-19.

Le Ghana est frappé de pleins fouets par la pandémie du coronavirus. Le 26 mars 2020, le pays a recensé 132 cas confirmés et 3 décès dus au coronavirus.