Protesters burn barricardes and tyres during the funeral after last street protests and unrest that resulted in nine deaths in Conakry, on November 4, 2019. Crowds of protesters marched through the Guinean capital of Conakry on October 24, 2019 in the latest round of demonstrations against President Alpha Conde, accused of trying to circumvent a bar on a third term in office. AFP PHOTO / CELLOU BINANI

Une nouvelle manifestation de l’opposition, le lundi 4 novembre 2019, a tourné au vinaigre en Guinée. Plusieurs blessés par balle et un mort.

La marche organisée à Conakry était, selon les organisateurs, pour accompagner au cimetière les cercueils de manifestants tués lors de récentes marches contre un éventuel troisième mandat du président Alpha Condé.

Un bilan provisoire largement rapporté par la presse locale parle d’un jeune tué et plusieurs blessés alors que la manifestation a tourné à l’affrontement.

L’opposition chiffre à 14 le nombre de manifestants tués depuis cette date. Des dizaines d’autres ont été blessés, des dizaines arrêtés et jugés. Un gendarme a également trouvé la mort.

La Guinée, pays de 13 millions d’habitants, est en proie depuis le 14 octobre à une intense contestation.