Les Chefs d’État de l’Afrique de l’ouest se sont réunis à Accra au Ghana, en marge de la cérémonie d’investiture de Akufo-Addo, samedi 07 Janvier 2017. L’une des grandes décisions prises, opter pour la “médiation”.

L’option avait été rejetée au prime abord chez les ténors de la CEDEAO mais, l’attitude de Yahya Jammeh va finalement les emmener à mettre un peu d’eau dans leur vin. « Nous nous sommes engagés à une médiation pacifique et à un transfert pacifique du pouvoir en Gambie. Nous continuerons à le poursuivre pour l’instant », a déclaré Ellen Johnson Sirleaf, la présidente du Liberia, à la sortie d’une réunion avec ses homologues. L’objectif dit-on, est “d’éviter de froisser un peu plus Yahya Jammeh en évoquant l’usage de la force et privilégier au contraire la sagesse”.

Cette déclaration de recherche d’une voie pacifique de résolution de la crise gambienne intervient à quelques jours seulement de la fin officielle du mandat de Yahya Jammeh, le 11 Janvier 2016. Le verdict de la Cour suprême sur le recours introduit par Jammeh est attendu au plus tard mardi 10. Mais les Chefs d’État de la CEDEAO disent craindre le pire avec une équipe essentiellement nommée par Jammeh qui semble être plutôt le véritable maître en Gambie, le chef de l’armée gambienne Ousman Badjie lui a réaffirmé son “soutien inébranlable” .

Lundi, une réunion ministérielle devra se tenir à Abuja au Nigeria avec la participation de la Sierra Leone, du Ghana et du Sénégal, sous la conduite de Muhammadu Buhari, président du Nigeria et médiateur de la crise gambienne.

A Banjul, la situation s’annonce explosive, les États-Unis ont d’ailleurs demandé à leurs citoyens d’éviter le pays en raison du « risque possible de troubles et de violence dans un proche avenir ».*

Devra-t-on le rappeler, Jammeh avait publiquement reconnu sa défaite lors du dernier scrutin, après 22 ans au pouvoir avant de faire un volte-face parlant de “fraude électorale” orchestrée par les membres de la Commission électorale. Son président est actuellement en exil.

Voltic Togo