La France d’Emmanuel Macron dit s’aligner derrière le peuple malien. Dans un communiqué du ministère français de l’Europe et des affaires étrangères, la France dit se tenir “aux côtés du peuple malien”.

“La France a pris acte de l’annonce de la démission du président Ibrahim Boubacar Keïta. Elle appelle à sa libération immédiate ainsi que des membres du gouvernement actuellement retenus”, peut-on lire dans le communiqué du ministre Jean-Yves Le Drian.

“La France se tient, comme elle l’a toujours fait, aux côtés du peuple malien. Elle s’est engagée, à la demande de ce pays, en poursuivant deux priorités : l’intérêt du peuple malien et la lutte contre le terrorisme”.

Toutefois, le pays d’Emmanuel Macron dit réaffirmer son attachement à la souveraineté, au respect des institutions, à la vie démocratique et à la stabilité du Mali.

Quelques heures seulement après le renversement de l’ordre constitutionnel, la France disait s’aligner avec l’Europe sur la position de la Cedeao et de l’Union africaine qui réclamaient le retour de l’ordre constitutionnel.

Très vite, la Cedeao a pris une série de sanctions contre les auteurs de la mutinerie et leurs collaborateurs avec la fermeture immédiate des frontières du Mali avec les autres pays de l’espace.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé les soldats mutins à “regagner sans délai leurs casernes”.

IBK et Emmanuel Macron

Elle (la France ndlr) encourage toutes les forces politiques et sociales au dialogue pour trouver une solution à la crise profonde que traverse le pays et appelle au rétablissement sans délai d’un pouvoir civil“, a écrit Jean-Yves Le Drian.

Ibrahim Boubacar Keita a été contraint à la démission par une mutinerie, sans effusion de sang, le 18 août 2020.

Voltic Togo