Le Ghana est en alerte sur de probables attaques à perpétrer par des personnes qualifiée par la police, de “bandits”. Ces présumés bandits, à en croire une communication de la police ghanéenne, sont basés au Burkina Faso.

Le message de la police ghanéenne souligne que les présumés bandits ont peut-être déjà infiltré le pays avec des armes de militaires et que l’attaque “pourrait se produire à tout moment”.

Et pour cause, toute la zone frontalière au nord du Ghana avec le Burkina Faso est en état d’alerte maximale. Les unités de police du Bolgatanga, une ville située dans la région du Haut Ghana oriental, ou encore de Tamale dans le nord du Ghana sont sur le qui-vive.

Selon certains observateurs, c’est une manière voilée de la police ghanéenne de ne pas parler de terroristes qui se prépareraient à perpétrer des actes sur le sol ghanéen. Ces hommes, depuis quelques années, sèment panique et désolation au Bukina-Faso avec des attaques.

Voltic Togo