Le centre de rentention de migrants de Tajoura détruit par un raid aérien, le 2 juillet 2019. © MAHMUD TURKIA / AFP

L’UA veut “sauver” la Libye. Et pour cause, le conseil de paix et de sécurité entend désormais condamner d’une manière la plus ferme, les auteurs de l’attaque qualifiée de sauvage contre les migrants du centre de détention de Tajoura, près de Tripoli en Libye. C’est l’une des décisions prises par le Conseil de paix et de sécurité lors de la 857ème réunion tenue le 5 juillet 2019.

Le Conseil dit avoir fait appel à une enquête indépendante d’urgence, avec la participation de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) pour éclaircir l’exécution de ce crime.

La situation en Libye semble préoccuper encore plus le Conseil et demande à ce que l’engagement diplomatique soit renforcé avec toutes les parties concernées. Il insiste que tous les partenaires engagés dans le soutien des efforts viennent compléter et respecter l’approche de l’Union Africaine (UA).

Dans le but de réduire la vulnérabilité les migrants et les réfugiés, les autorités libyennes sont appelées à abattre tous les centres ou camps de détention en Libye et à prendre des mesures concrètes pour protéger les civils, les migrants et les réfugiés dans le pays.

Notons que la commission de l’UA et le Comité de haut niveau des chefs d’État et de gouvernement de l’UA prévoit une conférence de réconciliation sur la Libye.