La présidence ivoirienne sort enfin du silence dans l’affaire de mandat d’arrêt contre le président de l’Assemblée nationale du pays, Guillaume Soro. Alassane Dramane Ouattara déplore que Ouagadougou ait émis le mandat “au mépris des règles“.

Selon les informations parvenues à la rédaction d’Africa rendez-vous, le président de la République de Côte d’Ivoire promet régler cette question par la “voie diplomatique” en réponse à un mandat d’arrêt international reçu d’Interpol-Côte d’Ivoire contre Guillaume Soro. Ceci dit-on pour éviter tout différend entre les deux Etats.

Pour rappel, la justice du Burkina Faso a lancé le mandat  dans le cadre de l’enquête sur le putsch raté du 17 septembre et d’une affaire d’écoutes téléphoniques le compromettant avec Djibrill Bassolé, ex-ministre des Affaires étrangères burkinabé. Ce dernier avait déjà été interpellé à son domicile le 29 septembre 2015.

2 semaines plus tôt, des soldats du RSP avaient pris en otage le président Michel Kafando et le gouvernement avant de proclamer le coup d’État le lendemain, donnant un sérieux coup au processus de transition.

Voltic Togo