72 heures avant les civils, les forces de sécurité (FDS) votent. C’est le cas ce mercredi 22 avril. Il s’agit du vote par anticipation prévu par le code électoral. Selon la commission électorale nationale indépendante (CENI), le fait de faire voter les FDS par anticipation laisse une marche de manœuvre à ces dernières de mieux se consacrer à la sécurisation du vote le jour du scrutin c’est-à-dire le 25 avril.

Dans le centre de vote EPP Camp Gnassingbé Eyadéma, de longues files qui se sont dressées devant les bureaux de vote. Les opérations de vote ont commencé à l’heure prévue a indiqué Assi Kégbao, le président du BV7. ” Déjà à 7H00, on a tout lancé et les gens ont commencé par voter “, a-t-il dit avec fierté.

Ce matin le président de la CENI était dans ce centre de vote pour vérifier l’effectivité et le déroulement du vote des FDS. Sur une inquiétude qu’un agent de FDS puisse voter une seconde fois le 25 avril, Taffa Tabiou rassure en se basant sur l’indélébilité de l’encre. ” L’encre indélébile dure au moins 4 jours. Donc ceux qui votent aujourd’hui, s’ils se présentent dans 3 jours on saura qu’ils ont déjà voté “ a expliqué le président de la CENI.

Soulignons que le rapport de la mission d’observation de la présidentielle 2010 de l’Union Européenne a recommandé entre autre l’abandon du vote par anticipation des forces armées.

Voltic Togo