Le cours des évènements en république centrafricaine émeut toute la communauté internationale. Jeudi 12 Décembre, le président américain s’est adressé à ce peuple et les exhorte à rejeter la violence et à se mobiliser ensemble pour un avenir fait de sécurité, de dignité et de paix.

Dans un enregistrement audio effectué à Dakar au Sénégal, le Président américain Barack Obama a exhorté les centrafricains à rejeter la violence qui menace actuellement leur pays.

« Ensemble, vous représentez une histoire pleine de fierté et une terre d’une extraordinaire beauté.  Ensemble, vous avez triomphé du colonialisme et vous êtes parvenu à l’indépendance.  Ensemble, vous reconnaissez que nous sommes tous les enfants de Dieu et que —indépendamment de notre chapelle religieuse— nous avons le droit de vivre dans la paix et la dignité. Mais la violence hideuse de ces derniers jours menace le pays que vous aimez », a dit le président américain dans son message.

Il se dit attristé par le fait qu’il y ait eu tueries d’enfants, de femmes et d’hommes innocents et que des familles aient été obligées d’abandonner leurs foyers et d’ajouter « Aujourd’hui, mon message est simple, ce n’est pas la voie à emprunter.  Vous —les fiers citoyens de la République centrafricaine— avez le pouvoir de prendre un chemin différent ».

Aussi, a-t-il invité le gouvernement de transition à se joindre à se joindre aux voix qui appellent à la pax et à arrêter les personnes qui commettent des crimes tout en souhaitant que les auteurs répondent de leurs actes et ce, en conformité avec la loi.

« Avant tout, chaque citoyen de la République centrafricaine a la capacité de manifester le courage qui est requis à l’heure actuelle.  Vous pouvez manifester de l’amour pour votre pays en rejetant la violence qui pourrait déchirer votre pays.  Vous pouvez choisir la paix.  Vous pouvez décider de respecter la règle qui est au cœur de toutes les grandes religions — et qui dispose que nous traitions les autres personnes de la manière que nous souhaitons être traités » a martelé le président Obama.

Rappelons que le président américain a terminé ses propos par “Singuila” ce qui veut tout simplement dire  “merci” en Sango, langue principale parlée en Centrafrique.

Voltic Togo