Crédits: DR

Le mandat des autorités de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) prend fin le 30 juin 2019. Et les tractations pour les remplacer sont en cours.

A quelques jours de cette date butoir, la puissante église catholique sort de sa réserve. Elle appelle à une réforme de la centrale électorale.

La révision de la loi électorale en vue de la dépolitisation de la CENI s’avère plus que nécessaire” a déclaré l’abbé Donatien Nshole, secrétaire général de la conférence épiscopale du Congo (CENCO) .

Dans l’état actuel de la loi, la CENI est dirigée par des délégués des partis politiques et de la société civile.

Le poste de vice-président de la centrale électorale est dévolu au parti majoritaire à l’assemblée nationale. Le porte-parole de l’institution est issu de l’opposition. Le président quant à lui est désigné par les confessions religieuses.

La CENI a été sous le feu des critiques durant le processus qui a abouti à l’arrivée au pouvoir du président Félix Tshisekedi. A plusieurs reprises, l’indépendance de l’institution a été remise en question par l’opposition et l’église catholique.

En RDC, les fidèles catholiques représentent près de 70% de la population. Une position qui permet à l’église de rester influente, y compris sur le terrain politique.

Source:BBC Afrique