La Commission électorale nationale indépendante (CENI) rassure des dispositions “idoines” prises pour le bon déroulement des élections municipales le 30 Juin 2019. Elle dit avoir répondu aux préoccupations des spécimens de bulletin de vote et explique une fois encore le système d’attribution des sièges.

Les dernières élections municipales remontent en 1982 et, nombreux sont ceux qui trouvent le système nouveau pour s’y adapter. D’abord, des candidats qui ont paniqué avec l’absence de spécimen et quelques couacs.

Depuis le dimanche 23 juin 2019, la CENI rassure que ces spécimens sont disponibles et peuvent être retirées dès lors et dans les Commissions électorales locales indépendantes (CELI).

L’attribution des sièges

L’attribution des sièges des conseillers municipaux devra être effectuée selon le système du quotient électoral (QE) communal selon les explications du président de la CENI, Tchambago Ayassor.

Dans une interview parvenue à la rédaction d’Africa Rendez-vous, le président explique que pour déterminer le quotient en question, il faut diviser le nombre total des suffrages exprimés par le nombre des conseillers à élire par préfecture.

Les suffrages recueillis par chacune des listes dit-il, vont être divisés par le quotient électoral pour obtenir un nombre déterminé de sièges.

« Après attribution des sièges en fonction du quotient électoral, il reste un certain nombre de suffrages non utilisés recueillis par chaque listes. Les sièges restants à pourvoir sont attribués aux listes qui l’obtiennent, par ordre décroissant, les plus forts restes », a confié Tchambago Ayassor.

Le quotient électoral, précise-t-il, est le rapport entre le nombre total des suffrages exprimés par la circonscription électorale et le nombre de sièges à pourvoir.

Les conseillers municipaux seront élus pour un mandat de 6 ans, renouvelables trois fois.