Au total, 46 juges togolais sont nommés pour régler le contentieux préélectorale auprès des commissions électorales locales indépendantes (CELI). la liste a été validée en assemblée plénière de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Ces juges, qui selon la constitution togolaise, sont des juges de droit commun, auront à traiter dans les CELI, les contestations relatives à l’élection sur la période comprise entre la publication de la liste des candidatures et le jour du scrutin.

Ils pourront être saisi par quiconque sur de sujets relatifs à la confection des listes électorales.

Ces juges vont travailler dans la perspective des élections présidentielles au Togo, dont le premier tour est fixé au samedi 22 février 2020.

Pour ces joutes électorales, une quinzaine de candidatures se sont déjà déclarées dans l’opposition. Côté parti au pouvoir, Faure Gnassingbé n’a pas encore répondu officiellement à l’appel de pieds que lui font les ténors du parti et des groupes et associations pour rempiler pour un quatrième mandat de 5 ans.