Monseigneur Philippe Fanoko Kpodzro
L’archevêque émérite de Lomé, Monseigneur Philippe Fanoko Kpodzro croit fort en la victoire de l’opposition, mieux de son candidat Agbéyomé Kodjo, à la présidentielle du 22 février 2020. Mais, il estime qu’il faut l’intervention des Nations Unies (ONU).
Selon le prélat, tout indique que les dés sont déjà pipés pour le scrutin et exige à cet effet, une publication immédiate des résultats bureau de vite par bureau de vote par les organes de presse et la certification des résultats globaux par des experts de l’ONU.
Pour lui, la présidentielle de 2020 doit être un “référendum pour ou contre un 4ème mandat illégitime de Faure Gnassingbé”.

Pour Mgr Kpodzro, les Nations Unies, l’Union Européenne, l’Union Africaine, la France, l’Allemagne et les Etats Unis d’Amérique doivent intervenir afin d’obtenir un cadre électoral amélioré et consensuel avant le scrutin du 22 février 2020.
Il a toutefois, une fois encore, insisté sur la candidature unique de l’opposition et demandé aux 6 autres candidats porteurs des aspirations du peuple, de se concerter pour s’aligner autour d’un candidat commun, pour donner une chance à l’alternance politique au Togo.
La division de l’opposition doit être évitée et il n’est jamais trop tard pour bien faire. Cette année 2020, aucune défaite n’est envisageable et seule l’union peut nous l’assurer“, a martelé Mgr Kpodzro.
Voltic Togo