Pr David Dosseh, 1er Porte-parole de FCTD

Les réactions continuent suite à la publication de la feuille de route de sortie de crise de la CEDEAO sur le Togo. A l’analyse du document, le Front citoyen Togo Debout (FCTD) relève des avancées, certaines insuffisances et dit surtout être déçu par l’Organisation sous-régionale.

En conférence de presse le 02 août 2018 à Lomé, Togo débout se dit déçu d’abord par rapport à la recommandation faite à l’endroit du gouvernement concernant les mesures de confiance d’apaisement. Le fait que la CEDEAO ne s’est pas prononcée sur “l’état de siège” dans certaines villes de l’intérieur, ni sur le cas des milices, constitue un manquement de sa part, aux yeux de Togo debout.

FCTD dit noter des avancées et pointe du doigt les recommandations relatives aux réformes. “Le FCTD se félicite de l’exhortation faite par la CEDEAO à l’endroit du gouvernement togolais à procéder à la révision intégrale du fichier électorale“, a indiqué le second porte-parole du mouvement, Me Raphaël Kpandé-Adzaré. Il en est de même pour les propositions sur la cour constitutionnelle, le mandat présidentiel et le mode scrutin.

Avec ces différentes propositions, le 1er porte-parole de Togo debout, Pr David Dosseh, estime que la CEDEAO  est entrain de lâcher Faure Gnassingbé. “Les chefs d’état de la CEDEAO commencent à prendre conscience de la nécessité de conduire le Togo vers une alternance politique pacifique dans un avenir très très proche“, a commenté le Professeur Dosseh, avant d’ajouter “moi je suis convaincu qu’au plus tard en 2020, nous aurons l’alternance au Togo“.

Toutefois, ce mouvement de la société civile dit rester sceptique quand la CEDEAO demande aux politiques d’opter pour les voies parlementaire et référendaire pour opérer les réformes.

Par ailleurs, le FCTD regrette que depuis le début du dialogue, la facilitation n’ait en aucun moment, jugé opportun de consulter la société civile togolaise.

Voltic Togo