Kpatcha Gnassingbé, demi-frère du Chef de l'Etat togolais

Des manifestations sont en vue au Togo pour réclamer la libération de deux acteurs de la société civile. Il s’agit de Kwassi Biova Assiba Johnson, activiste et défenseur des droits de l’homme et de porte parole Folly Satchivi, porte-parole d’un mouvement politique de jeunes.

Dans une note parvenue à la rédaction d’Africa rendez-vous, le Mouvement dit s’indigner de l’arrestation de ces deux acteurs de la société civile et appelle à manifester non seulement pour réclamer leur libération mais aussi, des membres du mouvement citoyen Nubueke, des citoyens arrêtés lors des manifestations politiques et de Kpatcha Gnassingbé, demi-frère du Chef de l’Etat.

Les manifestations devront se tenir le samedi 1er septembre 2018  dans six (6) villes du Togo notamment, Lomé, Afangnan, Amegran, Aného et Kara.

Kwassi Biova Assiba Johnson, président du Regroupement des jeunes africains pour la démocratie et le développement (REJADD), a été arrêté depuis le 4 Avril 2018 puis déposé à la prison civile de Lomé, deux jours après, outrage aux autorités publiques et de diffusion de fausses informations. L’activité avait publié un rapport préliminaire contesté par le gouvernement togolais, sur les violences survenues depuis le 19 août 2018.

Folly Satchivi lkui, porte-parole du Mouvement, a été arrêté le 22 août 2018 alors qu’il se préparait pour une conférence à laquelle il avait convié la presse. Il est accusé d’actes de rébellion, de provocation et d’apologie aux crimes et délits

L’ancien président de la Ligue togolaise des droits des étudiants (LTDE) a été déjà condamné le 26 juin 2017  à  12 mois de prison avec sursis pour trouble l’ordre public et de rébellion. Il a également été arrêté en février 2018 avec neuf (9) autres étudiants mais va finir par être libéré provisoirement et placé sous contrôle judiciaire.

Kpatcha Gnassingbé, demi-frère du Chef de l’Etat togolais, est arrêté depuis 2009, accusé de tentative de coup d’Etat.