Le Président national du Comité d’Action pour le Rénouveau (CAR, opposition) dit éveiller l’Union africaine (UA) et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) à comprendre les souffrances du peuple togolais.

L’environnement politique togolais est pollué depuis quelques mois par la nécessité des réformes constitutionnelles et institutionnelles pour une élection apaisée en 2015.

L’argument d’une disposition de la Cedeao qui prévoit de ne pas toucher à la constitution à six (06) des élections est pas irrecevable pour l’homme de droit car seules les réformes peuvent mettre fin aux souffrances des populations togolaises.

La Cedeao et l’union africaine sont les institutions panafricaines qui font le médecin après la mort’’, a déclaré Me Dodji Apévon en référence au cas du Burkina-Faso. “

Elles n’ont pas dit à Blaise Campaoré d’arrêter de modifier la constitution mais elles ont annoncé l’application des sanctions contre le Burkina quand le peuple l’a chassé à main nue” a-t-il ajouté.