Une file d'électeurs pour voter en 2015

L’élection de 2015 s’est déroulée dans un contexte où les actes de violence ont été très sensiblement réduits “. C’est la conclusion principale à laquelle est parvenu le rapport de la mission d’observation du CACIT (Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo) et de la Plateforme Citoyenne Justice et Vérité (PCJV). C’est un rapport qui porte sur les violences et violations des droits de l’homme au cours de la présidentielle du 25 avril 2015.

Le Cacit et la Pcjv notent le caractère relativement paisible de l’élection présidentielle mais a observé quelques actes de violences et de violations des droits de l’homme. ” Ces actes de violences sont d’ordre verbal et psychologique aussi bien de la part des responsables politiques que des militants de partis politiques de tout bord “, souligne le rapport.

Partant du constat que le climat postélectoral reste délétère comme de par le passé, le rapport recommande que des mesures soient prises pour que les réformes constitutionnelles et institutionnelles se fassent le plus tôt possible.

Plus de 600 incidents dont 111 le jour du scrutin ont été enregistrés par le Cacit et la Pcjv grâce au Mécanisme d’Alerte Précoce (MAP) mis en place à la veille de cette présidentielle.

Voltic Togo