Faure Essozimna Gnassingbé,Chef de l'État Togolais

Le gouvernement togolais concède à la modification de la Constitution. C’est ce qui ressort du moins du Conseil des ministres tenu le 05 Septembre à Lomé.

Le Conseil a délibéré et adopté trois avant-projets de loi, un projet de décret,suivi des divers et a procédé à une nomination. (…) Le premier avant-projet de loi adopté par le Conseil porte modification des articles 52, 59 et 60 de la constitution du 14 octobre 1992“, peut-on dans le communiqué du Conseil des ministres présidé par le Chef de l’État Faure Essozimna Gnassingbé.

Une décision qui intervient à la veille d’une grande marche de l’opposition prévue les 6 et 7 Septembre 2017 sur toute l’étendue du territoire national.

C’est déjà une bonne chose mais, un avant-projet de loi reste un avant-projet de loi“, indique Me Dodji Apevon, président des Forces démocratiques pour la République (FDR_opposition). Il rappelle que ce cas de figure s’est déjà présenté sans que cela n’apporte du concret. “Nous c’est le résultat qui nous importe”, a-t-il précisé.

Kafui Brigitte Adjamagbo Johnson, présidente de CAP 2015, a quant à elle souligné que l’opposition réclame purement et simplement le retour à la Constitution de 1992. “Tout ce que nous voulons, c’est un retour pour à la Constitution originelle de 1992 et ils savent comment le faire“, a-t-elle pesté sur une radio privée locale.

L’opposition maintient ses manifestations les 6 et septembre 2017 pour le retour à cette Constitution qui avait prévu la limitation de mandat et le mode de scrutin à deux tours. Aussi, réclament-ils, la libération des prisonniers des marches des 19 et 20 août tout comme le vote de la diaspora et la réforme du code électoral.

Voltic Togo