59,96%, c’est le taux de participation annoncé par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ce 21 décembre 2018. L’information a été donnée au cours d’une rencontre avec la presse.

Ces chiffres viennent conforter la thèse de la Commission qui, en dépit de la faible mobilisation dans la journée du scrutin, croyait à une augmentation alors que les bureaux de vote fermaient à 16h GMT.

Pour le ministre Gilbert Bawara, porte-parole de fait du gouvernement, le taux de participation ne devrait pas être un sujet de débat. « Le vote n’est pas obligatoire. La validité et la légitimité du scrutin ne sont pas liées au nombre de votants et au taux de participation. Quel que soit le taux de participation, le scrutin reste juridiquement et politiquement valable », a-t-il confié à nos confrères de la BBC Afrique.

La Coalition des 14 partis de l’opposition parle de « parodie d’élection », elle qui avait appelé les Togolais à tout faire pour empêcher la tenue du vote. Dans des quartiers de la capitale, des militaires, sur des pick-up, faisaient la ronde, bien armés.

Les Togolais, quelques-uns se sont rendus aux urnes, dans un climat de peur et de méfiance. Beaucoup de centres de votre étaient quasi vides d’hommes.