Ouro Akpo Tchagnao, ancien député à l'Assemblée nationale

Un ancien parlementaire togolais, Ouro Akpo Tchagnao interpelle l’Autorité de régulation des marchés publics du Togo (ARMP) et la Cour des comptes à fournir des rapports réguliers à l’Assemblée nationale. Il a martelé sur cette nécessité au cours d’une rencontre d’échanges avec la presse et des acteurs de la société civile le 21 janvier 2021 à Lomé.

Le député Tchagnao, qui était à l’Assemblée nationale sous la bannière de l’Alliance nationale pour le changement (ANC opposition), dit s’appesantir sur l’article 91 de la Constitution togolaise qui stipule “l’Assemblée nationale vote les projets de loi de finances dans les conditions prévues par une loi organique, ils ont pour obligation de rendre compte”.

Selon lui, si le député fait passer des lois, les institutions ont obligation de rendre compte de la gestion faite des ressources. Il pointe du doigt plusieurs institutions de l’Etat avec un accent particulier sur l’ARMP et la Cour des Comptes.

Le parlementaire est en amont et en aval. Il est là pour la voter la loi corrective budgétaire et pour la loi de règlement. Il est à tous les niveaux et donc doit avoir toutes les informations pour jouer son rôle de contrôle de l’action du gouvernement“, a-t-il insisté.

Pour cet ancien ancien vice-président de la commission des finances de l’Assemblée nationale, ce sont des pratiques qui, mises en place, aident à implémenter une démocratie participative, fondement d’une Assemblée nationale pour une bonne gouvernance.

Le député Tchagnao dit déplorer l’absence d’initiatives des députés pour amener les institutions à rendre compte. Cela constitue selon lui, un frein à l’exercice parlementaire.

La rencontre d’échanges, faut-il le rappeler, s’inscrit dans le cadre d’un projet d’appui à l’instauration de la bonne gouvernance administrative et parlementaire au Togo.

Voltic Togo