Yawovi Madji Agboyibo

Yawovi Madji Agboyibo, un démocrate incompris? La question vaut son pesant d’or après la mort du patron du parti du “bélier noir”, le Comité d’action pour le renouveau (CAR). Maitre Agboyibo, décédé en France à l’âge de 77 ans, géniteur de la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH), a fait une panoplie de propositions pour une meilleure gouvernance politique et sociale.

L’instigateur de la CNDH

Appeler Yawovi Madji Agboyibo un “démocrate convaincu”, en vaut la chandelle. Longtemps considéré comme un opposant modéré à la dictature de Gnassingbé Eyadema. Agboyibo est à l’origine de la création de la Commission nationale des droits de l’homme. Il a su convaincre le “timonier national” sur la nécessité de création d’une telle Commission en 1987 , une première en Afrique, qu’il a présidée de 1087-1990. Cette Commission aura permis de mettre le Togo sur la route de démocratisation. Le Togo étant régenté par un parti unique, un parti Etat, le Rassemblement du peuple togolais (RPT).

Me Agboyibo a été aussi membre de la sous-commission des droits de l’homme des Nations-Unies et membre du Comité des droits de l’homme de l’union inter-parlementaire.

Il se plaisait à dire être le seul député indépendant à l’Assemblée nationale de 1985 à 1991.

Août 2001, l’ancien bâtonnier est emprisonné suite à une plainte en diffamation du Premier ministre d’alors, Kodjo Agbéyomé. et ne sera relâché (effectivement) qu’en en mars 2002.

En 2006, il a été nommé premier ministre à la suite de la signature de l’Accord politique global (APG). Le verrouillage des institutions, disait-il ne lui a aucunement permis de faire faire les réformes.

Chantre du déverouillage des institutions de la république

Yawovi Madji Agboyibo est l’un des chantres du déverouillage des institutions de la républqiue. Il a pris beaucoup de distance sur la scène politique, sous le poids de l’âge, des soins de santé en France. Le parti s’est abstenu de participer à la présidentielle de février 2020. 

En Septembre 2017, Me Agboyibo était aux côtés de la dynamique de contestation enclenchée par Tikpi Atchadam pour réclamer la démission de Faure Gnassingbé.

Les pistes proposées, ignorées

Yawovi Madji Agboyibo proposait de tirer des leçons du passé pour dit-il, recentrer l’enjeu de la lutte sur l’éradication du système et la réalisation du bien-être pour tous. “Nous devons à la lumière des erreurs du passé, rompre avec la propension à vouloir focaliser la lutte sur des questions d’ordre personnel, l’orienter vers l’éradication du système et la manière de sortir notre pays de son état actuel de délabrement pour en faire une nation jouissant d’une prospérité générale profitable à tous“, a-t-il soutenu dans son ouvrage “Gouvernance politique et sociale en Afrique, 20 ans après le sommet de la Baule, Le Cas du Togo”.

Aussi, a-t-il toujours défendu d’adapter la méthode de lutte à l’enjeu recentré et surtout, d’éviter de “surestimer l’appui de la communauté internationale.

Pour les ténors du CAR, Me Agboyibo est un démocrate convaincu qui n’est pas non plus parfait. Et pour certains militants, c’est un démocrate incompris.

Voltic Togo