Alima Dioba Togola, artiste comédienne malienne est à Lomé pour une prestation à l’Institut français du Togo (IFT) le 5 février 2021. Quelques heures avant son monologue, une première de sa carrière, Alima Dioba Togola n’a pas pu cacher son excitation pour la scène de Lomé.

Les enfants issus des couples mixtes seront-ils considérés comme des Togolais ou des expatriés? Ne vont-ils pas souffrir sous le poids du problème de couleur de peau qui persiste encore? Est-ce qu’un jour on va éteindre les lumières et comprendre que dans l’obscurité, les peaux n’ont plus de couleur“? voilà autant d’interrogations que se pose la jeune artiste Alima. Et à ces interrogations, elle entend apporter sa petite contribution pour que l’horizon soit éclaircit.

Elle entend tout donner pour que le public togolais reparte satisfait pour sa toute première prestation au Togo et un autre baptême de feu.

Un monologue en vue

Pendant un peu plus d’une heure, Alima Dioba Togola va devoir être seule, devant son public et le faire rire, mieux, l’amener à prendre conscience de certains vices devenues banales. Ce ne sera pas une patate douce pour cette jeune comédienne de 27 ans. L’artiste en est consciente mais, elle est plutôt toute excitée.

Quand j’ai annoncé que je vais faire un monologue, on a tenté de m’en dissuader. Mais je dis toujours que l’essai n’est pas exclu. Malgré mon jeune âge je vais voir comment le public va réagir“, a-t-elle confié, rencontrée au maquis Ôdasse. “Dans la vie, il faut oser, c’est de l’audace“, a-t-elle ajouté, avec sourire, après un coup d’œil furtif au panneau lumineux.

Alima Dioba Togola a confié à Africa rendez-vous avoir choisit la comédie car elle lui procure une “immunité sur scène” pour dénoncer des inégalités et injustices sociales.

Voltic Togo