La fête de la tabaski célébrée dimanche 11 août 2019 a laissé un goût amer à des familles musulmanes à Parakou, la plus grande ville du nord du pays et à Djougou, une ville commerciale au nord-ouest. Elles ont été arnaquées par des structures illégales d’épargne qui ont collecté et emporté leurs avoirs, placés pour préparer la fête.

A Parakou comme à Djougou, les victimes croyaient avoir affaire à des structures crédibles. Elles ont un nom, un siège et du personnel. Celle de Parakou a une dénomination qui ressemble fort bien à une devise : “Solidarité, partage et paix”. Elle a promis à ses épargnants des moutons et des vivres. Rien de tout cela n’a été fait. Bien après la fête.

Selon une mère de famille tombée dans le piège, la structure d’épargne a promis la remise des moutons de la fête à cinq jours de la tabaski. Mais la remise n’aura pas lieu, les épargnants ayant constaté la disparition du personnel de l’Ong avec l’argent de leurs clients. La pauvre Leckya qui témoigne raconte avoir placé plus de 400 000 francs Cfa.

Directeur introuvable à Djougou

A Djougou, l’Ong arnaqueuse s’appelle “SPP Bénin”, Secours pour la paix et la prospérité. Elle a ouvert ses portes en début d’année avec dans ses offres une “tontine tabaski” qui devrait faire des heureux à une semaine de la fête. Ici aussi responsables et personnel ont disparu avant la fête.

Au siège de SPP Bénin, les victimes tombent sur un veilleur de nuit qui semble tout ignorer de la supercherie. Il sait au moins que les clients viennent réclamer leurs avoirs alors que le directeur exécutif de l’Ong est introuvable. Son numéro de téléphone ne marche pas. “Depuis qu’on m’a recruté ici comme gardien, on a de problème avec notre DE (directeur exécutif). Les salaires ne sont pas bien payés”, raconte aussi le veilleur de nuit.

Avec ORTB