Le mardi 09 décembre, ce sont les hommes en toge qui descendent dans les rues manifester leur colère. Ils veulent corriger de l'”injustice”.
C’est donc à travers une grève d’arrêt collectif de travail de trois jours à compter du mardi 09 décembre que les magistrats  veulent exiger la correction des irrégularités dans les nominations prononcées en 2013 et 2014 et la mise en place d’un dispositif pour assurer la sécurité au sein de leur institution.

Selon eux, ces nominations jugées illégales et partisanes dans le rang des hommes et femmes de droits visent la déstabilisation de la magistrature béninoise.

Les magistrats réaffirment entre autre leur engagement à se battre pour le reste de la légalité et l’avènement d’une meilleure condition nécessaire pour une paix sociale, une justice indépendante et un développement harmonieux.

Soulignons que la plateforme contient 19 points de revendications pour une meilleure condition de vie et de travail.

Rappelons que le vote de la loi n. 2007-01 du 1er janvier 2002 portant statut des corps des greffiers et officiers de justice n’a pas été pris en compte par le gouvernement.
Voltic Togo