Rites de la prise de la Pierre Sacrée en pays Guin

S’achemine-t-on vers une réédition des évènements malheureux qui émaillent les rites traditionnels de la prise de la “Pierre sacrée” communément appelées “Epé Ekpé” ou encore “Ekpe Sosso” au sud du Togo ? Aucune réponse formelle mais des signes précurseurs laissent entrevoir un “bis répétita”.

Depuis quelques années, la cérémonie de la “prise de la Pierre Sacrée”, en pays Guin, au sud-est du pays est émaillée de tiraillements, pire, de violences physiques. L’année dernière, la police a fait une fois encore son entrée en jeu tirant de grenades lacrymogènes. Cette année encore, l’on craint un “remake”.

Au centre, le déchu prêtre de la Collectivité Koley, Aminou Ayayi dit Nii Mantchè. L’homme, sanctionné et excommunié plus tard pour fautes lourdes par la chefferie traditionnelle et son propre clan, continue par remuer ciel et terre. Ceci, même en dépit du fait qu’il soit remplacé.

Selon les informations parvenues à la rédaction d’Africa rendez-vous, le prêtre déchu annonce faire des rituels dits de purification du couvent d’Agbodrafo où exerçait sa femme Lamlé, elle aussi sous sanction.

Cette information serait également parvenue au palais royal de Glidji ou le Roi Foli Bebe XV et les autres chefs traditionnels des différents cantons s’apprêteraient à prendre des mesures encore plus radicales.

Selon des indiscrétions, Ayayi Aminou fait feu de tout bois et préparerait sa troupe, pour la prise de la pierre sacrée, la 355ème édition cette année. Uen attitude qui risque d’être explosive, entrainer une fois encore de vives tensions sur le site Gbatsome et, jeter du discrédit sur des rites vielles de plus de 3 siècle au Togo.

Nous y reviendrons!

Voltic Togo