Plusieurs organisations de la société civile africaine se sont retrouvées à Nairobi au Kenya pour une marche de dénonciation. Elle s’est déroulée le vendredi 26 Juin 2015 dans les grandes artères de la capitale kenyane pour disent-elles, dénoncer la fuite illicite de capitaux en Afrique.

Selon un récent rapport de l’ancien président sud africain Thabo Mbeki, c’est au total 50 milliards de F CFA qui sortent, sans contrôle, de l’Afrique. Ce rapport dit Mbeki semble avoir donné un coup d’accélérateur aux initiatives de la société civile africaine. Des membres des organisations telles Tax justice network Africa, Trust Africa, TWN Africa, Afrodad, Femnet et CSI Afrique se sont retrouvées à Nairobi pour la marche de dénonciation et d’interpellation.

A en croire le coordonateur de la CSI Afrique, Joel Akhator Odigie, cette marche entonne la série de manifestations de la société civile africaine en direction des Chefs d’Etat et de gouvernement en Afrique qui, précise-t-il, cautionnent ce phénomène.

Pour le vice-président de la Confédération syndicale du Congo, Francis Kikongi, la situation en Afrique est chaotique car, précise-t-il, ce flux ne permet pas à l’Afrique de pouvoir faire décoller son économie. «  Il n’y a que 15% de minerais déclarés alors qu’elles sont nombreuses ces entreprises qui exploitent le sol de la RDC », a-t-il dit, citant l’exemple de la République démocratique du Congo.

Une manifestation similaire est annoncée au Togo en Août 2015, le pays n’étant pas épargné.

De retour de Nairobi, pour Africa rendez-vous

Voltic Togo