Electricity grid extension BTC intervention: future extension grid in phase 2 for sub-counties Kinyamaseke   Photographs of a technician of the private company Kilembe Investments Ltd. Mr. Kisobuki is in charge of maintenance. Photographs are taken while he is working on a transformer and checking individual connections. People who want an individual connection have to pay a connection fee of 160,000 shillings. After that they buy power which is charged via a plastic charging card. Kilembe Investments is upgrading the line from a single phase to a three phase line (which is needed for small companies such as cereals mills). BTC will assist the company with the intention of extending the electricity network to remote areas. 

La Banque mondiale a décidé d’octroyer une subvention de 200 millions de dollars américains pour financer le projet régional d’électrification hors réseau (ROGEP), destiné à accroitre l’accès à l’électricité hors réseau dans 19 pays d’Afrique de l’Ouest et du Sahel.

C’est donc les 19 pays d’Afrique de l’Ouest et du Sahel qui vont bénéficier de ce projet.

A se fier au communiqué de la banque, le projet entend améliorer l’accès à l’électricité pour les ménages, entreprises et institutions publiques grâce à une approche régionale harmonisée de déploiement de systèmes solaires autonomes modernes.

Le projet devrait bénéficier à environ 1,7 million d’individus actuellement privés d’électricité ou alimentés de manière aléatoire mais également à des entreprises et des institutions publiques et, ce faisant, améliorer les niveaux de vie et les performances économiques.

« A ce jour, seuls 3 % des ménages en Afrique de l’Ouest et au Sahel sont raccordés à un système solaire domestique autonome et 208 millions d’habitants de la sous-région n’ont pas accès à l’électricité. Le projet ROGEP va aider les décideurs de la région à créer un marché régional de systèmes solaires autonomes, vital pour combattre la pauvreté. Il va aussi permettre aux entrepreneurs de saisir les opportunités liées à ce nouveau marché, en mettant au point des solutions commerciales évolutives », explique dans le communiqué, Rachid Benmessaoud, directeur de la coordination de l’intégration régionale en Afrique de l’Ouest.