La République démocratique du Congo veut contrôler la presse en ligne. Le pays a, à cet effet, pris un arrêté qui met en courroux des patrons de presse. Ils le considèrent comme une obstruction à la liberté de la presse.

Cet arrêté stipule que tout message publicitaire sur un média en ligne doit passer avant sa diffusion auprès des institutions publiques chargées du contrôle de la publicité.

Cela n’est pas passée sans réaction dans le monde de la presse. Pour le secrétaire général de Journaliste en danger (JED), Tshivis Tshivuadi, cet arrêté aura pour effet d’étouffer les médias en ligne et de restreindre davantage des espaces de liberté d’expression.

Même son de cloche du côté de l’Association des médias d’information en ligne de RDC (MILRDC). «Nous devons déjà déclarer les sites aux autorités compétentes mais s’enregistrer au préalable auprès du ministère n’a pas de sens », a dit le président Patient Ligodi . Pour lui cela veut dire que le gouvernement congolais aura la possibilité d’autoriser ou pas l’existence d’un site d’informations.

JED, branche congolaise de Reporters sans frontières (RSF) demande un moratoire en ce qui concerne l’application du texte.

Notons que ce n’est pas la première fois que le gouvernement congolais est accusé de bloquer les contenus en ligne. En janvier 2015, les autorités avaient coupé l’accès au web, après des manifestations hostiles.