La police ghanéenne a mis sous scellés, les bureaux récemment ouverts pour les droits des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) dans le pays. le président ghanéen Nana Akufo Addo reste formel et dit ne jamais autoriser sous sa présidence, le mariage de personnes du même sexe.

L’intervention de la police est intervenue le 24 février 2021. Cela survient après que le propriétaire de l’immeuble et le Conseil traditionnel de Kwabenya ont pris d’assaut l’appartement de l’organisation le mercredi 24 février 2021 et ont fermé l’installation à clé.

Cette descente policière fait suite à une plainte du propriétaire des lieux et des gardiens des us et coutumes. “Il y a quelques jours, les chefs traditionnels ont menacé d’incendier notre bureau mais la police n’a pas aidé. En ce moment, nous n’avons plus accès à notre espace sûr et notre sécurité est menacée“, avait posté Alex Kofi Donkor, qui conduit le mouvement, sur leur page Facebook, quelques jours plus tôt.

Nous triompherons. La police a peut-être fait une descente dans notre bureau et l’a fermé, mais le vrai bureau est dans nos cœurs et nos esprits “, a-t-il ajouté.

Au Ghana, être dans une relation amoureuse avec une personne du même sexe est passible de 3 mois à 25 ans d’emprisonnement, selon le code pénal.

Voltic Togo