Adamavo, un quartier de la commune de la banlieue est de Lomé, sous l'eau / Photo: Sylvio Combey

Le gouvernement togolais a décidé d’exproprier des habitants de la vallée du Zio précisément dans la vallée inondable de la rivière. La décision a été prise lors du conseil des ministres du 31 juillet 2019 à Lomé.

L’objectif poursuivi à en croire le gouvernement est de “protéger ces populations contre les problèmes d’inondation liés au débordement de la rivière Zio et de réduire les risques environnementaux et aléas climatiques qui y surviennent et des dommages consécutifs”.

D’après le communiqué, le site contient 10 mille 562 hectares 74 ares 46 centiares et est classé zone non constructible par le Plan directeur et d’urbanisme (PDU) de Lomé en 1981.

« Malgré cela, les populations continuent d’y ériger des habitations précaires, sujets de façon répétitive à des inondations et développent des activités qui affaiblissent davantage l’environnement et au mépris des règles de salubrité publique », peut-on lire dans le communiqué.

Le gouvernement rappelle qu’en 2008, 2010 et 2012, l’accroissement de ces fléaux incite à prendre des mesures de prévention et surtout de protection des populations pour garantir des effets préjudiciables en pouvant en découler.