Dr Modjirom Ndoutabé, coordonnateur de l’équipe régionale d’intervention rapide de l’OMS pour l’Afrique

Lomé aide à préparer la riposte contre un poliovirus rare. Un atelier de quatre (4) jours a démarré dans la capitale togolaise ce 26 novembre 2019, avec des experts de la santé de l’espace CEDEAO.

Tout est parti du constat selon lequel, la région est actuellement confrontée à des flambées d’un poliovirus rare en circulation, dérivé du vaccin dans treize pays, dont près de la moitié en Afrique de l’Ouest.

A en croire les experts, les poliovirus dérivés du vaccin sont rares, mais on en trouve parfois au sein des populations gravement sous immunisées vivant dans des zones où l’assainissement est insuffisant.

Lorsque les enfants sont immunisés avec le vaccin anti poliomyélite oral, le virus vivant se réplique brièvement dans l’intestin pour former des anticorps nécessaires, puis est évacué par voie fécale. Si la couverture reste faible dans une communauté et que l’assainissement reste inadéquat, les virus excrétés seront transmis aux populations vulnérables, entrainant des modifications génétiques et l’émergence de poliovirus dérivés du vaccin”, explique-t-on.

Et, Lomé veut aider à préparer la riposte.

« L’atelier vise à créer un groupe de hauts responsables de la santé publique qui seraient chargés de constituer et de diriger des équipes nationales d’intervention rapide pour lutter contre les épidémies de poliovirus en circulation », a déclaré Dr Modjirom Ndoutabé, coordonnateur de l’équipe régionale d’intervention rapide de l’OMS pour l’Afrique.

« A la fin de la semaine, chaque pays aura élaboré un plan de préparation aux épidémies de poliovirus » a ajouté Dr Ndoutabe.

« Ces épidémies représentent un défi pour la région, mais nous sommes en mesure de les surmonter grâce à la préparation et à notre capacité de réponse avec une surveillance vigilante. Le renforcement des capacités est essentiel pour enrayer la propagation de ces épidémies à un plus grand nombre de pays » a conclu Docteur Aissata Ba Sidibe, représentante de l’UNICEF au Togo, au nom de l’Initiative Mondiale pour l’Eradication de la Poliomyélite (GPEI).

La poliomyélite, il faut le préciser, est une maladie infectieuse aiguë et contagieuse spécifiquement humaine causée par le poliovirus sauvage. Ce virus pénètre dans l’organisme par la bouche, dans l’eau ou les aliments qui ont été contaminés par les matières fécales d’un sujet infecté. Le virus se multiplie dans les intestins et il est excrété dans les selles du sujet infecté, par lesquelles il peut se transmettre de nouveau.