Lomé veut mobiliser contre les faux médicaments. Des chefs d’Etat et de gouvernement africains vont se regrouper dans la capitale, Lomé, les 6 et 7 Décembre 2019 pour un sommet sur les faux médicaments.

Au cours de la rencontre de Lomé, ils vont signer un engagement ‘’solennel’’ contre le trafic de faux médicaments en Afrique.

Ceci ressort des échanges entre le gouvernement togolais et les premiers responsables de la ‘’Fondation Brazzaville’’, à Lomé le 14 Octobre 2019.

Cette promesse va permettre d’intensifier la lutte contre le trafic des faux médicaments qui tue en moyenne 900 milles africains chaque année.

D’après les responsables de la fondation, l’initiative de Lomé va permettre d’introduire de nouvelles législations visant à criminaliser le trafic de faux médicaments, mettre en place des mécanismes appropriés au niveau national afin d’assurer une application vigoureuse de la législation pénale.

Cette loi vise à réprimer ce trafic et encourager d’autres Etats à se joindre à cette initiative.

Lomé attend donc, les leaders du Ghana, Niger, Congo, Sénégal et de l’Ouganda, qui se sont engagés contre le trafic de faux médicaments.

Pour l’organisation mondiale de la santé (OMS), l’une des raisons de la croissance de ce trafic en Afrique se justifie par l’absence des textes pour punir les trafiquants, dans de nombreux pays.

Le dernier rapport de l’OMS stipule que l’industrie des faux médicaments représente environ 30 à 60% des médicaments mis en circulation en Afrique.