La situation sécuritaire “précaire” au Mali, pousse des hôtels, des sociétés ou de simples opérateurs économiques à avoir recours à des sociétés privées de surveillance et de gardiennage.

Après les deux derniers attentats survenus à Bamako, les activités sont en plein essor. « Il y a des demandes. Les privés de plus en plus, les organisations internationales, les sociétés partout », explique un responsable d’une société privée.

Ces sociétés sont sollicitées pour renforcer les dispositifs sécuritaires des établissements qui se sentent menacer, en installant des systèmes sophistiqués de vidéo-surveillance, mais également à mettre à leur disposition des vigiles pour assurer les fouilles avec des détecteurs de métaux.

A l’hôtel Radisson Blu à Bamako, un peu plus de deux mois après l’attaque terroriste dont il a été victime, un nouveau dispositif sécuritaire, coûteux mais efficace, a été mis en place. « Désormais, il y a des contrôles très détaillés pour les gens qui arrivent et cela donne une atmosphère de sécurité qui est très appréciée par tout le monde », assure Wolfgang Neumann, président du groupe Rezidor, qui gère notamment les Radisson Blu.

En novembre dernier, le chargé de mission au ministère de la sécurité et de la protection civile, Moro Diakité, a estimé à plus de 250, le nombre des sociétés privées de gardiennage et de surveillance enregistrées en 2014. Ajouter à cela 4 entreprises privées de protection des personnes.

Au cours des cinq derniers mois, plus d’une trentaine de sociétés de sécurité ont vu le jour au Mali.

Voltic Togo