Quatre agents anti-Ebola dans l’est de la RDC ont été tués et cinq autres blessés. Ces nouveaux chiffres rendus publics ce 28 novembre par l’ONU, viennent s’ajouter au nombre de personnes décédées après avoir combattu l’épidémie qui sévit depuis près de 16 mois dans le pays

Selon l’ Organisation mondiale de la santé (OMS), un membre de l’équipe de vaccination et deux chauffeurs ont été tués dans un camp d’hébergement pour les travailleurs d’Ebola à Biakato Mines dans la province d’Ituri.

L’attaque s’est produite à deux kilomètres d’une base temporaire utilisée par les soldats de la paix de l’ONU, dont l’un a été blessé lors d’une opération visant à repousser les assaillants.

Un deuxième attentat a coûté la vie à un garde de police dans un bureau de coordination Ebola à Mangina, à quelques dizaines de kilomètres de la province du Nord-Kivu.

Nous sommes navrés que des personnes soient mortes dans l’exercice de nos fonctions alors qu’elles travaillaient pour sauver d’autres personnes“, a déclaré le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Le monde a perdu de braves professionnels“, a-t-il déclaré, dans un communiqué de l’OMS publié à Genève.