Depuis quelques jours, Les paquets de ciments sont devenus des denrées rares sur toute l’étendue du territoire togolais. A Lomé, le tour dans quelques dépôts de vente de ciments a permis au reporter d’Africa Rendez-Vous de se rendre compte de l’ampleur de la pénurie.

« Nous n’avons plus de paquets de ciments. Vous devez nous laisser votre numéro de téléphone pour qu’on vous rappelle au cas où nous aurons quelques paquets ». Voilà en substance la réponse d’une vendeuse à un client à Bè-kpota. Selon un grossiste sous le sceau de l’anonymat, même pour acheter du ciment à CIMTOGO, (une cimenterie), c’est un processus très compliqué et de lâcher « Nous pensons que la pénurie est artificiellement provoquée, par certaines personnes qui veulent en bénéficier ».

Le prix conventionné de la tonne de ciments se situe entre 81.000 et 82.000 FCFA. Mais à Dapaong ville située à 620 Km dans le septentrion, le prix de ce précieux sésame de construction a grimpé jusqu’à 95.000 F CFA voire 100.000, la tonne. Le président de  l’association des usagers du service public (AUSEP) Kampatibe Kariyiare, présent sur les lieux contacté par la rédaction d’Africa Rendez-vous, confirme la situation. Sur place à Dapaong certains vendeurs de ciments refusent de délivrer les reçus aux clients s’étonne M. Kampatibe.

L’Association togolaise des consommateurs (ATC) que nous avons contacté dit avoir saisi le ministère du commerce. “Nous avons saisi la direction du commerce intérieur pour qu’elle puisse approvisionner la ville. C’est cette  pénurie qui fait le lit de la spéculation  a indiqué Agouta Aladjou, porte parole de l’ATC.

Les populations de Dapaong se plaignent outre le ciment de la flambée des prix des produits de première nécessité.

Voltic Togo