C’est à coup de gaz lacrymogènes que les étudiants de l’université de Lomé ont été empêchés de marcher sur la présidence de la république ce mardi 24 juin. Les étudiants voulaient à travers cette manifestation, exprimer leur mécontentement au chef de l’Etat Faure Gnassingbé. ” Notre mouvement avait adressé une plate forme revendicative qui dort dans les tiroirs. Nous voulons aller vers la présidence pour montrer notre colère, les forces de l’ordre nous empêchent” disait avec rage le vice-président du Mouvement pour l’épanouissement de l’étudiant togolais (MEET), Malick Abdel Kpegnao. Il a par la suite ajouté que malgré la misère de l’étudiant togolais, les autorités universitaires augmentent le prix des unités d’enseignement.

 C’est par un cordon bien rangé que les forces de l’ordre ont bloqué l’entrée principale de l’université de Lomé. Quand les étudiants ont voulu essayer de forcer la barricade, ils ont essuyé quelques coups de gaz lacrymogènes avant de se replier vers l’entrée Nord. Mais le dispositif sécuritaire était de ce côté là aussi. Malgré leur détermination, les étudiants n’ont pas pu sortir du campus pour rallier la présidence de la république situé à peine à 20 minutes de marche.

Rappelons que la manifestation est prévue pour deux jours, mardi 24 et mercredi 25 juin 2014. La première sortie a été étouffée sans incidents majeurs, les étudiants promettent revenir à la charge.

Voltic Togo