Banlieue de Lomé, le soleil jette ses derniers rayons sur la capitale togolaise, nous sommes dans le quartier CEFER. Un jeune svelte aux yeux vifs, sourire au coin accueille un reporter d’Africa Rendez-Vous.

« Bienvenu, c’est ici que j’habite, je viens juste de rentrer des cours», nous confie Edouard Akakpo-Lado, jeune inventeur de « MERLINOX », une machine agricole qui se présente sous deux versions. L’une est électronique et l’autre manuelle.

Piler, écraser, râper des noix de palme de 3 kg en 5 min, c’est ce dont est capable le « MERLINOX ». Edouard fait partie de ces jeunes inventeurs togolais, qui veulent rendre la vie facile à ses concitoyens en créant une machine multifonction qui permet la fabrication des huiles rouge, de noix de palme et de coco.

Edouard Akakpo Lado
Edouard Akakpo Lado avec son Merlinox

Etudiant en électromécanique à l’institut de formation de génie industrielle à Bè-Kpota, un quartier populaire de Lomé, ce jeune de 23 ans a des projets de machines à ne pas en finir.

Tout commence en 2012 au cours du salon des inventeurs à Tsévié (une ville située à 35 km au nord de Lomé ndlr) au cours duquel  Edouard se frotte à d’autres ainés inventeurs togolais.

« Le salon m’a beaucoup excité à aller plus loin. C’est à partir de là que je me suis dit que je vais aussi commencer à faire de grandes choses. La première idée qui m’est venu en tête, c’est de fabriquer une machine à piler des noix de palme pour faciliter la tâche à nos mères et les vendeurs de fufu (plat local ndlr) », a-t-il déclaré.

L’objectif de ce jeune, c’est devenir un « inventeur célèbre ». « J’ai lu les ouvrages de plusieurs scientifiques occidentaux, Einstein, Galilée, Newton, Kepler. Ils ont beaucoup apporté à l’humanité. Moi aussi je dois apporter quelque chose à l’humanité », déclare Edouard Akakpo-Lado.

Edouard rêve d’un centre de recherche d’invention et d’innovation technique (CRITT) qui sera un incubateur pour les jeunes inventeurs togolais. De son nom scientifique Max Ben, Edouard Akakpo-Lado porte également le projet “Free Technology in Africa“.

En début d’année 2015, il a lancé une nouvelle machine, l’ARARICOMAX, qui permet de décortiquer l’arachide, le haricot et le soja.