Myriam Dossou d'Almeida, DG INAM

L’institut national d’assurance maladie poursuit son programme d’extension de couverture d’assurance maladie. Ce 31 janvier 2020, c’est le tour de la première vague des femmes des marchés de Lomé d’être sensibilisées et mobilisées sur le sujet.

L’institut gouvernemental a organisé une rencontre d’échange avec elles sous le thème « la couverture maladie au cœur de nos marchés ». Ceci, pour expliquer au mieux à ces femmes, l’importance d’une couverture d’assurance maladie et les procédures à suivre pour en bénéficier.

Pour les responsables de l’Inam, il est important pour les femmes des marchés de maitriser les notions de solidarité car précisent-ils,, c’est le seul moyen qui peut leur permettre de s’entendre sur un même point.

« Nous avons insisté sur la notion de solidarité (…) lorsque vous participez à une assurance, il ne faut pas seulement penser à soi mais aussi à l’autre de telle sorte que lorsque que vous cotisez et que vous ne tombez pas malade vous devez continuer de cotiser car un jour cela peut vous bénéficier », a indiqué le chef département des délégations, Komigan Adogli.

Ainsi donc, il revient aux femmes d’aller se concerter entre elles pour désigner leur représentant qui devra discuter avec les responsables d’INAM pour définir le panier de cotisation et les modalités de prise en charge.

Evelyne Akakpo commerçante et trésorière de l’association Solidarité pour l’épanouissement des femmes commerçantes du Togo (SEFECTO), se dit très ravie de l’initiative de l’INAM. « Des fois l’on tombe malade mais l’argent n’est pas suffisant pour les soins. Mais quand tu es assuré le peu d’argent que tu as peut être complété par celui de l’assurance pour se faire soigner », a-t-elle souligné.

Selon la directrice générale de l’institut national d’assurance maladie (INAM) Myriam Dossou-d’Almeida, la prochaine rencontre va être avec les commerçantes de la périphérie du nord de Lomé.

Mais dès 1er février 2020, il est prévu des rencontres avec  les comités de développement des quartiers (CDQ) et les chefs quartier.