Démolition à Baguida

La délégation spéciale des préfectures du Golfe et d’Agoenyivé a fait le tour des quartiers du canton de Baguida jeudi 21 mars 2019 pour libérer les rues qui sont occupées anarchiquement. Parmi ces constructions, un enclos abritant des fétiches.

« Baguida est bien tracé et bien urbanisé, mais les gens ont morcelé, vendu et occupé toutes les rues, les écoles publiques et même les bas-fonds. Raison pour laquelle, il y a des inondations dans ce canton lorsqu’il pleut », a déclaré Kossi Aboka, le président de la délégation spéciale des préfectures du Golfe et d’Agoenyivé qui fait remarquer que dans ce canton, il n’y a pratiquement plus de rues du fait que les constructions sont érigées sur les voies légalement tracées.

Les populations semblent adhérer à la démarche des autorités. « Nous avons acheté notre propre terrain  pour être en paix mais c’est le contraire. Notre devanture est devenu un lieu de rituel et de sacrifices », a confié une riveraine voyant démolir les fétiches.

D’après le chef division technique de la préfecture du Golfe, Yaovi Sedina Dzanyi, le propriétaire de la maison a été averti plus de 3 fois.

Cette démarche, selon les autorités pour désengorger les voies publiques est dans l’optique aussi de libérer le passage aux cours d’eaux et éviter des cas d’inondations. Même actions dans les cantons d’Aflaou Sagbado, Aflaou Gagli et celui d’Agoènyivé, dans la banlieue nord de la capitale.