Photo utilisée juste à titre d'illustration

De jeunes étudiants togolais veulent une réforme du système éducatif. Ceci pour une éducation de qualité adaptée aux environnements  modernes et tournée vers l’employabilité entrepreneuriale. C’est l’une des recommandations formulées lors de la conférence de consensus tenue le 12 octobre 2019 à Lomé.

Cette recommandation tout comme les autres, est contenue dans une charte signée par plus de 700 jeunes étudiants Togolais. Elle a été proposée au cours d’une rencontre d’échanges entre les jeunes étudiants et les acteurs du monde éducatif.

Pendant plus de 5 heures, les étudiants ont échangé avec leurs aînés sur ‘‘les problèmes’’ dans le système éducatif qui selon eux, freinent leur évolution entre autre la sénescence de la formation donnée depuis le cours primaire et qui n’est pas disent-ils, adaptée aux réalités du monde d’emploi ou d’entrepreneuriat.

Les jeunes ont demandé aux acteurs impliqués dans l’éducation d’œuvrer à une refonte du système qui tient compte des mutations contemporaines notamment littéraire, scientifique, technologique et environnementale. Un accent particulier, martèlent-ils, doit être mis sur la pratique surtout dans les universités publiques du Togo car selon eux les cours sont théoriques.

Ils demandent également que des cellules d’orientation scolaires soient implantées à chaque fin de cycle notamment secondaire (3ème) et supérieur (Tle). Ceci pour aider les jeunes dans le choix des filières de formation adéquate qui tiennent en compte les besoins du marché de l’emploi.

« Il y aura des comités qui seront mis en place composés d’experts et des jeunes issus de tous les quartiers populaires. Ils devront travailler en collaboration avec l’Etat afin de trouver des solutions pour construire ces programmes reflétant la réalité de cette jeunesse togolaise », a expliqué le président de l’association initiatrice, Wake up mind (WUM), Prince Bertrand Bahamboula.