Le deuxième samedi du mois d’août de chaque année, c’est la fête à Tsévié, environ 35 km de la capitale, chef-lieu de la préfecture de Zio. Samedi 10 août 2019, les natifs de ZIo ont une fois encore fêté leur fête traditionnelle Ayizan, “la fête des moissons”.

Le 10 août 2019, la 49ème édition de cette fête a connu son apothéose.

Cette 49ème édition est placée sous le thème « Ayizan et le développement local » pour rappeler à la population son devoir de s’inscrire totalement  dans la  nouvelle dynamique de développement participatif.

Elle a été marquée par des démonstrations culturelles notamment la marche des chasseurs dénommées ‘Ablafo’ et des danses traditionnelles entre autre “gazo” puis la dégustation du haricot. Le chef de l’Etat togolais Faure Essozimna Gnassingbé qui a effectué le déplacement s’en est délecté aussi.

L’une des spécificités de cette année est la mise en valeur et la promotion des autres atouts économiques outre le haricot. Il s’agit notamment  du manioc de Dalavé et d’Agbélouvé, du riz de Mission-Tové, Kovié et Wli, des tomates de Gblainvié, des souchets et l’arachide de Gapé, de l’ananas et des palmistes de Gbatopé.

« C’est une opportunité pour les populations de la préfecture de Zio de redorer le blason de son authenticité et de son identité culturelle » a laissé entendre Togbui Adzaklo Ehlan IV, chef canton de Gapé Kpodji. Selon lui, c’est un canal de transmission aux générations futures des valeurs qui identifient le peuple Ewé de Zio et font sa particularité  parmi tant d’autres.

« C’est la plus grande rencontre annuelle  au cours de laquelle toutes les couches de la population renouent avec leurs identités culturelles, le plus grand instant de communion et de partage entre les descendants de la même maison, notre maison commune : le Zio », a expliqué le préfet de Zio Kadevi Kodjo Etse.

Kadevi Kodjo Etse, préfet de Zio, lors de son disours

Pour lui, Ayizan est une occasion exceptionnelle offerte aux natifs de Tsévié de se retrouver, de revisiter et de revivre l’histoire de leur terroir.

« C’est un jour particulièrement significatif dans l’histoire du peuple Ewé de la préfecture de Zio », a affirmé le ministre en charge de la culture, Kossivi Egbetonyo. Pour lui, même devant les réalités du quotidien, la culture reste inexhaustible.

Instituée depuis 1970, Ayizan est une fête qui est célébrée chaque année en guise de remerciement aux mânes des ancêtres pour la bonne récolte du haricot. Elle rappelle aussi l’histoire du peuple éwé fuyant le mur Agbogbo du roi Agokoli de Notsè pour Tsévié.